" Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" Paul Eluard.

Cette citation d'un de mes auteurs préférés, si elle peut se vérifier, se rêver ou se discuter dans la vraie vie, elle peut aussi s'appliquer à des sujets plus légers, et notamment à l'histoire de ce chemisier. 

Il y a bien longtemps, lorsque je n'étais pas une mère indigne ( sic) et que je cousais exclusivement pour mes marmots, j'avais cousu une veste avec un col tailleur pour mon petit Louis, issue d'un livre japonnais. 

A l'époque après avoir failli frôler la crise de nerfs devant la machine à coudre, et échanger le livre japonnais contre n'importe quoi même un presse purée, je jurais que plus jamais un col tailleur ne verrait le jour entre mes mains, ni que je m'interesserai à quoique ce soit de japonnais, de près ou de loin, quite à brûler dans l'enfer des shintoïstes. 

Le Japon ne me passionnait vraiment pas, la couture japonnaise encore moins, et les seuls cerisiers en fleurs importants à mes yeux étaient ceux " made in normandie"... ( oui oui, bon, j'avoue que là, je mériterai sûrement l'exil au regard de cette référence, mais j'assume... !

Du coup pendant quelques années, j'ai oublié Japon, japonnisant, et surtout les cols tailleurs. 

Au détour de ma virée parisienne en Septembre dernier, j'ai aperçu à l'Entrée des fournisseurs  ce liberty " Mitsi Valéria rose" de la nouvelle collection Liberty hiver 2013/2014.  J'étais plutôt heureuse de voir la nouvelle version. En effet l'overdose de la première sur les blogs m'avait un peu freinée dans mon envie d'en coudre, même si j'adorais ce motif. Je faisais mon " anti" comme les ados. 

J'ai placé ce délicieux coupon dans un coin de ma tête et de mon coeur, en attendant que le stock de mon tissu diminue un peu, et qu'un projet murisse au fond de mon cerveau. 

Courant de l'Automne au boulot, j'apprends que la nouvelle saison culturelle sera sur le thème du Japon. ( quand P. Eluard il dit qu'"il n'y a pas de hasard..." )

Il a fallu quelques mois pour que je me plonge avec cette fois ci un enthousiame débordant dans ce thème, et que je repense au Mitsi. 

Mais après avoir vu le rose de l'affiche et du programme du jardin botanique, un chemisier " cherry blossom" s'imposait pour le we de l'inauguration. 

 

sakura-2- 

Modèle Blouse 128 Burda de Mai 2010 

Taille 38 sans modifications 

Tissu Liberty Mitsi Valéria rose pour Cousette 

Boutons métal fleurs La Droguerie 

( Petits coeurs offerts par mes enfants pour la fête des mamans ) 

J'ai donc commandé le dernier coupon de Mitsi Valéria disponible chez Cousette ( "mais que des rendez-vous"... ) et j'ai eu envie pour ce chemisier de renouer avec Burda. 

Je dois être un peu masochiste sur les bords, mais j'avais envie de lire les explications avec un dictionnaire à la main, j'avais envie de retrouver le vocabulaire de Burda et de rien comprendre. J'avais envie aussi de ces petits détails des modèles, un peu complexes à exécuter mais qui donnent de jolies finitions. Bref, malgré tout l'amour et la tendresse que je porte à Deer and Doe j'avais envie de changer ! 

Sur le site, je suis vite tombée sur ce modèle ! Mais oh désespoir, je n'avais pas cet exemplaire dans ma pile de Burda. Heureusement qu'elle me l'a gentillement prêté. Milles Merci La Sauvage. 

Une soirée de décalquage, quelques soirées et une après midi de cousette (entre pleins de soirs où j'ai fini soit en sorties pendant les vacances où je n'avais en plus du boulot intense que ma petite personne à m'occuper,  soit en boule à 21h sur le canap' quand pleins enfants la journée + enfants à moi le soir me réduisent à l'état de marmotte) plus loin, je terminai mon petit " sakura chéri ". 

 

sakura-1

 

Techniquement je fus servie pour mes envies. J'ai effectivement dû lire les explications en tout une bonne quinzaine de fois. Mais désormais je ne serai plus fâchée contre les cols tailleurs, je ne vois pas pourquoi j'avais fait tout ce cirque...Peut être parce que à l'époque les explications étaient exclusivement en japonnais hummm? Et moi je suis une littéraire refoulée, les schémas j'y comprends pas grand chose, surtout les japonnais avec leurs minis flèches. 

Plus sérieusement, en prenant mon temps tout s'est déroulé sans problème. J'ai patiemment effectué les pinces devants et dos, puis assemblé la basque, puis travaillé sans oublier précédemment de les entoiler les parements, puis exécuté le col tailleur et la parmenture intérieure avant de terminer par les manches ballons. 

J'étais un peu anxieuse au moment de l'essayage final, mais il tombe bien. Pas de seins atrophiés, c'est parfois un de mes soucis avec Burda, je fais un 38, mais selon les modèles je me retrouve un peu serrée au niveau de la poitrine. 

Même l'Homme était de cet avis ! Je vous épargne sa formule anti-poétique qui jurerai avec Eluard mais en résumé ça voulait dire " hummmmmmmm". 

Et enfin, mais surtout, pour les strasbourgeois et les alsaciens en général si le coeur vous en dis les portes ouvertes et l'ouverture de la nouvelle saison culturelle ont lieu samedi 31 mai au jardin botanique de Strasbourg ! 

Vous trouverez les informations sur  " Flora Japonica" ainsi que le programme des animations ici

sakura-4-

Désormais, je ne verrai plus jamais les cerisiers en fleurs de la même façon... :) 

signature