La fête nationale avec son défilé,  la valse et les flonflons et les feux d'artifices ! 

Ce n'était pourtant pas fait exprès mais je trouve que cette robette s'y prête parfaitement ! 

14-juillet-2-

 

Les journées bien remplies "d'animation", les péripéties diverses et variées de ma vie de maman, d'animatrice, de Charlotte m'ont poussée le mois dernier à un peu de repos et à un besoin urgent et quasi vital ( sens de la mesure ) de me coudre une nouvelle robe. Cela faisait longtemps que je n'avais pas cousu une robe ! J'avais envie de m'installer devant ma table de couture, de sentir le tissu sous mes doigts en ne pensant à rien, juste à Serge Reggiani et à une question essentiellement existentielle : cette nouvelle robe. 

Et si je me refaisais une Cami version été ? Cette petite question posée à moi même dans le train du matin, devenait une évidence dans le tram du soir. 

Je sautai du tram qui me conduisait vers la gare en sortant du boulot,  et  je décidai de passer à La Droguerie pour voir mes copines.

Outre un énorme fou rire, je suis ressortie après maintes et maintes hésitations, avec un tissu en coton fleuri. Comment ça "c'est pas possible"? 

J'essaye bien de me soigner, concernant mon attirance complètement incontrolable face à ces coupons mais cette tentative reste vaine. Je finis toujours par succomber. 

J'hésitais entre un coupon au délicieux motifs " pêche en haute mer" et ces fleurs rouges et bleues " couleur gauguin". 

14-juillet-1-

 

Robe Cami Dress de Pauline Alice ( sans les poches) 

Taille 40 sans altérations 

Tissu coton " couleurs Gauguin multico vifs " et boutons bleu métal pour La Droguerie 

 

J'ai quand même passé toute le temps de la confection à me demander si ce rouge et ce bleu n'allaient pas finir par me tourner la tête et si la dite robe n'allait finalement pas rester dans le placard en prenant le nom de " fiasco". Jusqu'au dernier moment, et même avant d'écrire cet article je doutais encore. Les remarques de l'Homme : " tu veux attirer les taureaux en rute dans l'arène? " ne m'ont évidemment pas aidée dans ma crise existentielle de doutes... 

J'ai débuté la réalisation de cette robe avant de chuter dans les escaliers, de m'abimer les muscles et un ligament de l'épaule,  et de me retrouver privée de couture et de tricot pendant 3 semaines ! J'ai dû alors abandonner la robette aux couleurs impropables au stade de "la coupe et des premières pinces effectuées" . Quel supplice ! Autant dire, que lorsque que ma kinésithérapeute m'a annoncé que je récupérais très bien et très vite et que je pouvais reprendre la couture et le tricot à petite dose, j'ai sauté au sens propre du terme sur ma machine à coudre et le tissu flamboyant ! 

Comme d'habitude, je me suis un peu emballée et j'ai bien senti mon empressement dès le lendemain... J'ai donc raisonnablement ralenti le rythme ces derniers jours, et j'ai continué pas à pas ma robe en restant zen sur le temps passé sur la MAC,  pour  finir tranquillement la dite " guinguette et flonflons" hier soir après un vrai week-end "feux d'artifices" avec L'Homme ! 

Techniquement, la cami et moi même sommes désormais de grandes amies. C'est un véritable plaisir de la coudre. Les instructions de Pauline sont limpides et pas ennuyeuses. Les pinces donnent les petits détails amusants à réaliser et la jupe juste froncée reste simplissime à monter. Il y a juste une fermeture éclair à poser et un col classique à réaliser pour mettre notre patience un peu ( mais vraiment un peu)  à l'épreuve. 

Pour conclure couturesquement parlant, j'aime l'efficacité de la robette. Rapide et facile à réaliser et très agréable à porter.Pour aller danser au 14 juillet avec des talons, ou avec mes nouvelles spartiates dorées pour les vacances, c'est sûr, elle ne passera pas l'été dans les cartons ! ( Nous déménageons dans quelques jours, un peu malgré nous et après de nombreuses péripéties, mais au final pour un appartement au charme désarmant que je présenterai lors de mes prochains posts...) 

 

Et pour finir sur les festivités de notre fête nationale, à défaut d'avoir défilée avec ma trompette ( je ne pense pas que celui qui s'est si gentillement moqué de moi en me glissant ceci lorsque j'ai émis l'idée d'aller fêter le 14 juillet, me lise ...! ) je comptais bien aller danser avec mes copines au bal populaire ! C'était oublier le temps pluvieux et venteux, et les possibilités un peu réduites pour rentrer après le bal : je n'ai pas encore loué le carrosse de Cendrillon !

14-juillet-4-

 

Mais dans la petite ville d'à coté qui est aussi notre future commune, Homme de ma vie, allons danser et/ou poursuivre notre week-end " Feux d'artifices " ? 

signature