"Un grand oui pour toute la vie"  tels sont les mots que j'ai utilisés avant, pendant et toujours pour évoquer mon mariage avec l'Homme. 

Cet évènement valait bien que je mette mes envies, mes apprentissages et mon imagination au service des vêtements portés ce jour là. 

Je l'ai fait intensément, avec dépassement de soi même et un bonheur infini. 

Avec aussi des interrogations plus ou moins existentielles, après tout ce ne sont que des morceaux de chiffons, mais sans négliger leurs valeurs symboliques. Je souhaitais que cela soit " le mieux possible". Et, sans me mettre un orchestre dans la cuisine, je suis fière d'avoir réussi à réaliser ce que j'avais imaginé. 

Je vous ai déjà décrit dans un précédent article, le premier croquis de ma robe. Mais je vous l'ai décrit surtout d'un point de vue " corset" dont je vous racontais par la suite les différentes étapes de sa construction, qu'elle soit physique ou conceptuelle. 

Tout se tient... Lorsque j'ai eu enfin décidé que oui, j'étais prête et avais l'envie certaine de me marier avec L'homme de façon entière et absolue, je n'avais plus aucun frein à mettre notre histoire en symboles. Et nos vêtements en " histoire". 

Avec L'homme, tout a commencé un matin pluvieux d'automne à Brest. Après une soirée mémorable il rentrait à Strasbourg où je devais, par hasard, transiter. Il m'a dit " Et si on prenait le même train?". 

J'ai découvert les lueurs de la place Kléber et le charme de Strasbourg, par hasard en quelques minutes, à l'issue d'un long voyage mouvementé. Mais à partir de ce fameux voyage Brest-Strasbourg, j'ai toujours très envie d'y revenir, ici en Alsace. 

Je me souviens précisement d'un Rennes-Strasbourg fait sur un coup de tête un jour de décembre pour le rejoindre sans le prevenir. Il faisait froid. En arrivant j'ai quand même pris un verre de vin chaud en solo, pour me réchauffer et trouver le courage de l'appeller et de lui dire " Je suis place Kléber, je t'attends". 

Se marier en hiver, outre le plaisir de tricoter, me rappelait ce pan de notre histoire, dans le froid. Me rappelait aussi les hivers rudes et enneigés dans les Vosges où nous avons vécus entre difficultés et bonheurs intenses comme ceux de  voir notre fils grandir et sentir notre fille se developper à l'intérieur de mon corps. 

L'hiver, il était dans la date, et forcément dans les confections que j'ai réalisés. Il était là, brillant à travers le tulle pailleté comme les cristaux de neige. Brillant et doux à la fois, à travers la mohair légèrement pailletée de la voilette.Il était là aussi dans le gris qu'il nous déverse parfois. A travers le petit gilet de Louis et le costume de mon époux. Gris réhaussé par un petit bouquet de fleurs à la boutonnière ou la matière de l'Alpaga.  

Voilà, nous allons enfin débarquer de mes dérivations exitentiellement intimo-conceptuelles qui ont abouti à la création des vêtements que vous allez voir en images dans la suite de cet article ! 

Par où je commence ? Je vais peut être vous parler de la " fin" de ma robe et vous montrer des photos du corset aussi le jour J. Ce que je n'ai pas encore pris le temps de faire. 

 

Les photos de Choucckette-475

  Vin d'honneur

Corset " forme edwardien" , soie sauvage et tulle pailleté 

Coutil beige satiné pour l'armature 

Doublure en popeline de coton assortie 

Patron Claire Brandin 

Photo de Choucckette ( comme toutes celles de l'article sauf mention contraire) 

Les photos de Choucckette-139

 

Laçage par Lucie, ma témoin 

 

Les photos de Choucckette-142

 

Laçage par Lucie et ma maman, j'étais tout de même un brin énervée et pas cool à ce moment là... Il en fallait bien un, ce fut celui-ci ! 

Les photos de Choucckette-151

 

In situ! 

Ces photos vont me permettre de vous parler un peu plus du reste " de ma robe" cousue et tricotée main aussi ! 

J'ai réalisé le jupon ainsi que ma capeline. 

Pour le jupon ce ne fut pas une mince affaire ! Pour la capeline, ce fut juste de la douceur et du plaisir... 

Je cherchais pour la capeline, un modèle torsadé mais qui reste "doux" avec un brin de point mousse. J'avais repéré celui-ci sur Pinterest. Le modèle téléchargeable en ligne était gratuit. Autant dire, je n'ai pas hésité longtemps quant au modèle, et j'ai tout de suite imaginé la modification du col qui était trop " bateau". Pour la couleur, je pensais au départ me tricoter une capeline bleue... et au final mes amies, ma maman m'ont conseillé le total look " mariage en blanc". Elles ont eu raison. C'est beaucoup plus harmonieux comme cela. Sautillant en sortant du boulot un soir de novembre, je suis passée comme d'habitude à la Droguerie avec le précieux modèle imprimé. 

Hummm... Je suis ressortie avec mes deux cônes de voilette, mon alpaga et ma surnaturelle et dès le soir même j'ai commencé l'ouvrage. Je l'ai continué durant tout le mois de décembre. Il m'a accompagné lors d'après-midi sans fin où je veillais Clémentine qui avait une maudite otite, tricotant dans le fauteuil à bascule pendant que ma progéniture dormait fiévreuse. Il était là aussi au matin de Noël chez les parents de L'Homme quand après le déballage des cadeaux je me livre de façon douce et jouissive à une activité traditionnelle que je n'échangerai pour rien au monde : tricoter dans le fauteuil d'Yvonne, un thé à mes côtés et Sissi Impératrice à la télé. Je l'ai terminée dans la voiture lors du trajet vers Noirmoutier pour le nouvel an.

PM (14)

 

Capeline à torsades

Laine Alpaga et Surnaturelle écru, voilette " Bulles de Champagne" le tout La Droguerie

Modèle " Shoulder Shrug" disponible ici 

Pour le jupon, je l'ai cousu quasi conjointement à tout cela et mon corset. Sa confection se faisait entre deux étapes du corset. Les débuts ne furent pas non plus simples. Initialement, je voulais réaliser juste " la jupe" en tulle pailleté et mousseline et acheter un jupon tout fait dans le commerce pour donner du gonflant. J'ai vite compris les limites de cela devant ma petite taille et le reste du projet. Il fallait que je conçoive un jupon pouvant s'intégrer sous le corset et confortable. Il fallait aussi que je rajoute une épaisseur de popeline entre l'armature du jupon et le tulle, sinon cela serait trop voyant. 

J'ai donc eu l'idée de cette jupe en forme trapèze composée d'un jupon avec cerceaux et trois superpositions : popeline écru, tulle pailleté et mousseline. Je me suis appuyée pour le traçage sur ce modèle rétro de Vogue. Le premier essai fut comment dire trop " princier" je ressemblais à Scarlett O'Hara, et c'était pas joli sur mon 1m50 et des poussières. De plus les baleines plastiques utilisées ne tenaient pas. 

DSCN1380

 

Essayage de la première armature ( et de la toile du corset) ... au milieu de ma chambre très rangée ! ( Photo perso)

J'ai donc réduit la voilure du jupon, cousu le biais ( 7 m quand même ! ) pour réaliser les coulisses pour les baleines aciers que j'ai commandées, et adapté les couches suivantes en rajoutant des cms sur les trapèzes des tissus supérieurs de façon proportionnelle. J'ai assemblé et ourlé le tulle et la mousseline entièrement à la surjeteuse. Et sans elle, cela aurait été je pense mission impossible. Le rendu est net et propre. C'est assez génial cette surjeteuse !  J'ai ensuite froncé tout ce petit monde à part ( je n'ai pas compté le nombre de m de fronces, je serais devenue dingue ! ) puis assemblé en un jupon grâce à une bande de jersey à la taille. Cette dernière me permettait aussi le confort souhaité. 

IMG_2071

 

Fronces et assemblage ! ( photo perso) 

Une fois ce travail fait, il a fallu couper , insérer et fixer les dites baleines ! J'ai alors découvert la pince et le scotch d'électricien pour les fixer ! Et en même temps la frayeur de déchirer par un mauvais mouvement ma jupe. J'ai réalisé tout cela au calme et reposée en prenant toutes les précautions nécéssaires. Enfin comme je suis une grande malade, j'ai terminé en ourlant la crinoline d'un biais satin en bas et à la taille. ( Pour ne pas voir la couture d'assemblage du jupon). A la main ! Ben oui tant qu'a faire ! Il n'y a que moi qui le sait, mais tant pis ! Le biais satin et cette finition m'apparaissaient limite indispensables ! 

J'ai accroché le "précieux" sur le portant et je ne l'ai plus touché jusqu'à l'essayage chez Claire puis la veille du jour J ! 

Les photos de Choucckette-319

 

In situ sur la route de l'Eglise avec mon mari devant la loi ! 

Les photos de Choucckette-423

 

En famille en sortant de l'Eglise... 

Les photos de Choucckette-427

Sur le chemin... pour toute la vie ! 

Ces deux dernières photos vous montrent pour l'une un aperçu de la robe de Clémentine et du gilet de Louis et pour l'autre le petit paletot que j'avais cousu. Je l'ai porté qu'à la sortie de l'Eglise et dans la soirée le jour J mais comme je l'avais prévu je l'ai bien des fois reporté après avec un jean et ma capeline. 

Il s'agit de la petite veste de Pauline Alice : Ninot. Un peu délicate à réaliser en raison de ses poches passepoilées et de la doublure dans la version que j'ai choisi, elle est tout de même très plaisante à faire et ses petits détails comme toujours avec Pauline me font fondre : col, poches, pli creux. Son gabarit court s'adaptait bien à la tenue et j'ai même pu la porter sur les épaules sans soucis. 

IMG_0044

 

Paletot Ninot de Paulice Alice, taille 38  

Velours de laine beige et doublure Bemberg des Coupons Saint Pierre 

Boutons en nacre coquillage de La Droguerie 

Photo de Fred à la sortie de l'Eglise avec mes collègues préférées ! 

Les photos de Choucckette-502

 

Vin d'honneur

Instant avec mon frérot qui m'a aussi enmmenée à L'Eglise...

Boléro réalisé à partir du haut d'un Vogue Mariage 

Superposition du reste de la soie sauvage du corset et dentelle de Calais 

On peut voir les manches du boléro que je portais sous ma capeline. Au départ j'avais prévue de la retirer, et finalement je l'ai portée toute la cérémonie et toute la soirée. Je l'ai " laissée tomber juste au vin d'honneur. Tant mieux car j'étais beaucoup moins à l'aise comme cela. Mon boléro glissait faute d'un système d'attache que je n'ai pas eu le temps de faire, et mon corset était un brin trop serré. Je regrette pas le moins du monde, la capeline faisant partie vraiment de mon envie initiale de tenue ! De plus j'en porte au quotidien, et c'était important pour moi, que ce jour bien qu'exeptionnel soit aussi le reflet de " la vraie vie". Il l'était aussi avec ma coiffure : une tresse sur le côté.  

Il me reste à vous parler de mes chérubins qui ont été absolument formidables toute la journée et toute la soirée. Egaux à eux même dans leurs attitudes, leurs bêtises et en même temps aussi émus et fiers que nous. Se marier en présence de ses enfants, c'est vraiment super chouette ! 

PM (51)

 

Louis à la mairie avec Benjamin, son parrain et mon témoin 

Gilet sans manches , modèle de La Droguerie

Alpaga "Eléphant " et boutons métal bleus, LD

Il ne voulait au départ de ce gilet et je cite " mais maman un gilet sans manches, c'est pour l'été". Et puis quand je l'eu commencé un soir il m'a sorti " mais maman tu as pensé à la cravate pour aller avec le gilet? ". J'étais surprise. Il a enchainé " Ben oui, maman quand même je vais mettre une cravate pour votre mariage à papa et toi". Il était beau comme tout et fier comme Artaban de la mission" sonner la clochette" après chaque signature à la mairie. Merci mon petit Louis pour ton implication, ta sensibilité et ta présence. J'ai tricoté le dit gilet quelques jours avant le mariage, en mode marathon en relisant les mots du renard qui rappellent que l'essentiel est invisible pour les yeux. C'était doux ces jours de préparation aussi. 

WP_20150225_002

 

" Le petit Prince" au tricot

La poulette ne fut pas en reste... question spontanéité ! Elle a passé la matinée avec moi à l'hôtel à se préparer. Elle a pris un bain avec Claire, mon autre témoin fille, dans l'immense baignoire de la chambre avant de se faire coiffer. 

Les photos de Choucckette-100

 Clémentine

Elle a poursuivi en coloriant puis en mangeant des gâteaux avant d'enfiler sa jolie robe bleue assortie à ses yeux. Je l'ai commencée très tôt, c'est la première chose même que j'ai commencé pour le mariage mais...pour la finir la veille au soir assistée de Claire et ma maman ! (pose des boutons et ceinture)

clem

Robe Roma de Chez Dimanche rallongée, taille 6/8 ans 

 Coton satiné "Palette de couleurs" bleue canard et passepoil liberty pour la Droguerie

Jupon coton blanc, patron perso

Mais cela n'était rien à coté du petit gilet ! La veille au soir la dernière manche n'était pas finie ! C'est donc ma si talentueuse maman qui l'a finie en me demandant " il est où ton modéle de manches? " ... " j'en ai pas, je l'ai inventé... ". Je l'ai senti un brin déconcertée mais c'était vrai. Je suis partie d' " Artichaut" de Soleen-Le-Couix en rajoutant des manches donc. Reprendre un tricot sur le vif d'une gauchère, après avoir passé l'après-midi à me supporter, plier des grues en origami et entre deux bouchées de pizzas elle a vraiment assuré ! 

Les photos de Choucckette-48

Maman dans ma cuisine-salon-salle à manger, tricotant la veille de mon mariage

Quand je regarde cette photo... je vois toute une génération de femmes de ma famille, dans leur cuisine, leurs aiguilles à la main... et je suis très émue.

Merci Charlotte encore pour ton travail et ton talent à saisir les instants comme celui-là.

Le comble : Je l'ai monté le matin du mariage, en me disant que de toute façon c'était très bien parce que sinon j'aurai pas su quoi faire... :) ( C'est mon coté optimiste ! ) Elle l'a finalement peu porté le jour de la cérémonie ( juste à l'Eglise et le lendemain) mais elle pourra le porter l'an prochain sur ses slims sans souci.  

Les photos de Choucckette-113

Future mariée coiffée en action... téléphone avec ma Céline qui n'a pu venir et montage de tricot ! 

Modèle "Artichaut"

Alpaga Nuage et Voilette " Etoiles des neiges" pour LD

 

Je termine cet article fleuve par deux photos de mes petits bricolages...

PM (58) 2

 

Badges réalisés en papier d'origami assortis et kraft pour les invités

Pinces bois pour les attaches 

Les photos de Choucckette-22

 

Grues bleues en Origami décorant les tables

Et je vais clore par cette photo et ce symbole signe de bonheur et de longévité, tout ce que l'on peut souhaiter à de jeunes mariés ! 

A bientôt pour les coutures "du quotidien",  

Charlotte